Prix Phenix de Littérature

Prix Phenix de Littérature

Créé à l’occasion du Salon ” Livres du Sud ” qui s’était tenu à Villeneuve-sur-Lot en avril 1996, patronné par la Banque AUDI, le Prix Phénix de littérature, premier prix littéraire francophone décerné au Liban, est devenu une tradition. Il est attribué chaque année à une oeuvre littéraire écrite en français par un Libanais, ou écrite par un écrivain francophone et ayant trait au Liban. Ce Prix est décerné au mois de novembre de chaque année, dans le cadre du Salon du livre de Beyrouth, par un jury composé d’écrivains et journalistes libanais et français : Amin Maalouf; Nicole Avril; Mona Béchara ; Daniel Rondeau ; Paule Constant ; Lucien George ; Vénus Khoury-Ghata ; Jean Lacouture ; Yann Queffélec ; Josyane Savigneau et Salah Stétié, Jabbour Douaihy.

Le premier prix Phénix de littérature 1996 a été décerné à Ghassan Salamé, actuel ministre libanais de la Culture, pour son essai “Appels d’empire”(Fayard), en présence de Didier Decoin, secrétaire général du jury du prix Goncourt ; le prix 1997 à Denise Ammoun pour son “Histoire du Liban contemporain” (Fayard) en présence de Nicole Avril, membre du jury, le prix 1998 à Ghassan Fawaz pour son roman “Sous le ciel d’Occident” (Le Seuil), en présence de Jean Lacouture et Paule Constant, membres du jury, le prix 1999 à Dominique Eddé pour son roman Pourquoi il fait si sombre ? (Le Seuil) et le prix 2000 à Jean-Claude Voisin et Levon Nordiguian pour leur livre Châteaux et Eglises du Moyen-Age au Liban paru aux éditions Terre du Liban.

Le Prix Phénix 2001 a été attribué à Evelyne Accad pour son “Voyages en cancer” (Dar An-Nahar) et à Marie Moarbes pour “Mon père m’attendait à Manille” (Robert Laffont).
Le prix Phénix 2002 a été attribué à Richard Millet pour sa pièce : “L’Accent impur” (Dar An-Nahar) et à Joseph Chami pour son “Mémorial du Liban” (3 volumes), ex aequo. Il leur a été remis le 19 décembre 2002, au siège de la Banque Audi, en présence du ministre libanais de la Culture, M.Ghassan Salamé.
Le Prix Phénix 2003 a été attribué à Fady Stéphan pour son livre : “Le berceau du monde” (Ed. Verticales).
Le Prix Phénix 2004 a été attribué à Samir Kassir pour son livre : “Histoire de Beyrouth” (Ed. Fayard).
Le Prix Phénix 2005 a été attribué à Charif Majdalani (Histoire de la grande maison) et Olivier Germain-Thomas (Un matin à Byblos). Cliquez ici pour l’article de Zéna Zalzal (L’Orient-Le Jour)
Le Prix Phénix 2006 a été attribué à Georges Corm pour son essai “La question religieuse au XXIe s.” (Ed. la Découverte).
Le Prix Phénix 2007 a été attribué à Carole Dagher pour la “Princesse des Batignolles” (Ed. du Rocher) et Georgia Makhlouf pour “Les hommes debout” (Ed. Al-Manar).
Le Prix Phénix 2008 a été attribué à Ramy Zein pour “Les ruines du ciel” (Arléa).
Le Prix Phénix 2009 a été attribué à Hyam Yared pour “Sous la tonnelle” (Ed. Sabine Wespieser).
Le Prix Phénix 2010 a été attribué à Percy Kemp pour son roman “Noon Moon” (Albin Michel).
Le Prix Phénix 2011 a été attribué à Samir Frangié pour “Voyage au bout de la violence” (Actes Sud/L’Orient des livres).
Le Prix Phénix 2012 a été attribué à Wajdi Moawad pour “Anima” (Actes Sud).
Le Prix Phénix 2013 a été attribué à Gilbert Achkar pour “Le peuple veut” (Actes Sud) et Sorj Chalandon pour “Le quatrième mur” (Grasset).

 

Règlement

Dénomination du prix : Prix Phénix de littérature

Date de création : avril 1996 à Villeneuve-sur-Lot.

Périodicité : Prix annuel

Genres admis : Tous genres, sauf ouvrages scientifiques. Le prix est attribué à une oeuvre écrite en français par un Libanais, ou écrite par un écrivain francophone et ayant trait au Liban.

Dates : Le prix est attribué à une oeuvre parue dans l’année mobile, de septembre à septembre, précédant la remise du prix.

Nombre d’exemplaires à envoyer : Un seul, à adresser au responsable du prix. En cas de présélection, l’éditeur ou l’auteur devra fournir 12 exemplaires de l’oeuvre retenue. Les membres du jury se réservent le droit de sélectionner des ouvrages sans acte de candidature de leur auteur.

Montant du prix : Un chèque de 2000 Euros, ainsi qu’une médaille de la Monnaie de Paris. L’ouvrage primé ainsi que les livres sélectionnés bénéficient d’une promotion à la télévision libanaise.

Vote : Le vote se fait par correspondance. En cas d’égalité des voix, la voix du président sera prépondérante. Le défaut de vote dans le délai prévu est considéré comme un bulletin blanc. Les décisions du jury sont sans appel.

Date de remise du Prix : Le résultat est proclamé lors du Salon du livre de Beyrouth qui se déroule au mois de novembre de chaque année, en présence de membres du jury. La remise a lieu dans les salons de la Banque Audi à Beyrouth à la fin du mois de décembre.

Président: Amin Maalouf ( Ecrivain – Prix Goncourt 1993)

Nicole Avril (Ecrivain)

Mona Béchara ( Directrice de la rédaction de Magazine)

Daniel Rondeau (Ecrivain et journaliste)

Paule Constant (Ecrivain – Prix Goncourt 1998)

Lucien George (Editeur – Journaliste)

Vénus Khoury-Ghata (Ecrivain – Grand Prix de poésie de la S.G.D.L.)

Jean Lacouture (Ecrivain)

Yann Queffélec (Ecrivain-Prix Goncourt 1985)

Josyane Savigneau (Ecrivain – Directrice du supplément littéraire du Monde )

Salah Stétié (Ancien diplomate-Grand Prix de la Francophonie de l’Académie française)

Jabbour Douaihy (romancier, ancien professeur de littérature à l’Université libanaise).

Responsable du prix : Alexandre Najjar.